Suite à l’atelier que nous avons eu le 30 janvier dernier, voici un petit compte-rendu résumant les différents points évoqués.

Quelques chiffres pour commencer :

Regardons le taux de transmission de la langue du français :

  • Quand les deux parents parlent le français: il est de 75%
  • Quand uniquement la mère parle le français: il est de 40%
  • Quand uniquement le père parle le français: il est de 13%

Plus l’enfant est exposé au français plus les compétences qu’il va acquérir seront fortes et stables.

Les écoles francophones et d’immersion française n’ont pas tout à fait les mêmes buts et les mêmes méthodes. Il y a deux différences principales entre les deux :

  • Une école francophone a un double mandat : enseignement de la langue et de la culture

1) enseigner en français langue première et promouvoir un bilinguisme fort. L’enseignement a donc lieu en français pour tous les cours, exception faite du cours d’anglais qui est introduit dans le programme d’études en entre la 1e et la 3ème année selon l’école;

2) construire l’identité francophone et développer l’appartenance à la communauté francophone.

  • Une école d’immersion française a le mandat d’enseigner le français langue seconde: L’anglais est la langue première. Selon l’endroit et les niveaux scolaires, l’enseignement peut se donner en français pour certains cours seulement.

Voici un tableau comparant les écoles francophones et les écoles d’immersion française plus en détail :
Source : Adaptation du Manuel de recrutement du Conseil scolaire Centre-Nord de l’Alberta (p. 10-13).

Question la plus fréquemment posée :

Craignez-vous que l’école francophone ne permette pas à votre enfant d’apprendre l’anglais à un niveau qui lui permet de réussir dans la vie?

Sachez que le niveau de compétence en anglais des finissants de 12e année ayant fréquenté les écoles francophones montre qu’ils sont aussi compétents que leurs homologues unilingues anglophones, voire plus forts, d’après leurs résultats aux examens provinciaux de 12e année en English Language Arts.

Il est important de souligner que l’école francophone ne peut « bilinguiser » ou « franciser » un enfant très peu conversant en français à elle seule. Le rôle de l’école francophone est de renforcer chez votre enfant, la langue et la culture françaises que vous avez choisi de faire vivre à la maison.

Si vous décidez d’inscrire votre enfant à l’école francophone, il faudra s’assurer de le préparer, par exemple en l’envoyant dans un groupe de jeu ou une prématernelle francophone avant son arrivée à l’école.

Le parent est le premier éducateur de l’enfant. L’idéal est de s’assurer que le parent francophone puisse vivre des situations qui valorisent le français avec l’enfant : jouer en français (jeux imaginaires, jeux de société, jeux vidéo, jeux à l’ordinateur), lire des histoires en français, regarder des émissions de télévision, écouter la radio, écouter de la musique francophone…

Parce qu’il fréquente l’école francophone, mon enfant pourra-t-il parler et écrire un anglais de qualité ?

Une fois de plus, la recherche montre clairement que l’élève en milieu minoritaire francophone développera des compétences aussi bonnes en anglais que l’élève anglophone.

Pourquoi les écoles francophones ne permettent-elles pas l’enseignement de l’anglais avant la 3e année ?

Les résultats de nombreuses recherches démontrent que la langue maternelle doit être acquise et maîtrisée avant l’apprentissage de la lecture dans une autre langue.

Nous vous invitons à consulter le petit livret 40 questions & réponses, réalisé par la Fédération des parents francophones de l’Alberta pour avoir plus d’information.

Ressources à consulter :